Agriculture – gestion durable des terres

Le secteur agricole occupe une place cruciale en Afrique. Selon la FAO, il concentre 65% des emplois directs et contribue à 15 % au PIB total africain.

Pourtant, ce secteur fait face à de multiples défis dont l’insécurité politique et foncière, la croissance démographique qui appelle à nourrir plus de gens, et la dégradation avancée de certains sols qui affecte les rendements agricoles. De plus, les fortes variabilités climatiques actuelles et futures, affectent d’autant plus ce secteur déjà en difficulté par endroit.  Les changements climatiques, la gestion de l’eau et des sols  présenteront vraisemblablement les défis majeurs compte tenu de la réduction des surfaces cultivables et des ressources en eau qui risquent d’entrainer une diminution des rendements dans un contexte de besoin accru. L’agriculture africaine doit donc connaitre une profonde transformation afin de relever les nombreux défis du continent et de faire de ce secteur, un secteur plus résilient.

En Afrique, les terres agricoles et les pâturages contribuent pour 15% au PIB. Cependant, environ 25% des terres agricoles sont fortement dégradées. A cette dégradation des terres, s’ajoute la déforestation des espaces forestiers au profit des terres agricoles. Les forêts couvrent environ un quart des terres de l’Afrique subsaharienne et produisent 65% des besoins en énergie mais, l’Afrique est le continent qui a enregistré la perte annuelle nette la plus élevée en matière de déforestation au cours de la période 2010—2015 avec 2,8 millions d’hectares déforestés. Sur cette même période, ce chiffre correspond au déboisement d’une surface équivalente au territoire de la Belgique.

Il devient donc urgent de mettre en place des politiques agricoles qui favorisent, entre autres, une intensification agro-écologique(eau, sol, ligneux) des systèmes de production afin d’encourager une gestion durable des terres, réduire le taux de déforestation et de faciliter les capacités d’adaptation aux changements climatiques des exploitants agricoles.

La gestion durable des terres cherche à augmenter la production par des systèmes à la fois traditionnels et innovants et à améliorer la résilience aux diverses menaces environnementales. Ces pratiques permettent aux agriculteurs et aux communautés rurales de s’adapter et de devenir plus résistants face aux changements climatiques, notamment en conservant les sols et l’eau, en renforçant la sécurité alimentaire et en rétablissant les ressources naturelles productives.

Africa4Climate

Dans le cadre de son appui au Groupement Intercommunal du département des Collines (GIC) au Bénin, le projet Africa4Climate a participé à la promotion de bonnes pratiques de gestion des sols. Le GIC, en tant qu’acteur clé du territoire, gère des projets intercommunaux, notamment de gestion durable des terres via des pratiques agro-écologiques. Ces pratiques, dans le cas du territoire des Collines, ont consisté à accompagner de petits agriculteurs et agricultrices dans la restauration de leurs sols dégradés, via de l’augmentation du taux de couverture végétale (agroforesterie), et via la diversification de leurs cultures, en favorisant des cultures adaptées aux sols dégradés et ayant des valeurs restauratrices. Le GIC accompagne notamment ces producteurs/productrices via la mise à disposition de plusieurs conseillers agricoles qui se rendent sur les exploitations pour les conseiller et suivre leurs progrès.

Dans le nord du Kenya, le projet soutien l’association Northern Rangelands Trust (NRT) et les aires protégées du comté de Marsabit, situé en zone aride, à mener à bien des actions de gestions durable des terres via la restauration du système d’aires de pâturages et d’accès à l’eau.