Point information: l’inégalité du dérèglement climatique

Le dérèglement climatique est un phénomène doublement inégal. Il est inégal d’une part d’un point de vue purement géographique, car quand bien même on observe une augmentation moyenne de la température au niveau global, cela ne signifie pas que toutes les régions seront affectées de la même manière. En effet, nous savons désormais indéniablement que l’Afrique souffre déjà et continuera à souffrir, d’une augmentation des températures plus importante que l’Europe par exemple, quand bien même la majorité des émissions viennent pourtant des continents développés du nord de l’hémisphère. Dans la même logique, nous savons que certaines régions seront touchées de manière plus sévère que d’autres par l’augmentation de la fréquence et de l’envergure des phénomènes extrêmes, comme les cyclones.

La répartition géographique inégale des impacts liés au dérèglement climatique entraine une deuxième inégalité économique et sociale. Certains pays très impactés cumulent par ailleurs des niveaux de développement économique faibles, les rendant d’autant plus vulnérables aux impacts qu’ils n’ont pas les capacités institutionnelles et financières de développer des systèmes d’anticipation ni de réaction aux évènements climatiques destructeurs. De plus, les impacts du dérèglement climatique ne font qu’accentuer des conditions déjà inégales et des facteurs de pauvreté, comme l’accès à l’eau, à l’alimentation, la sécurité de l’habitat, ou la sécurité des revenus notamment agricoles.

Les enjeux climatiques

LE DEREGLEMENT CLIMATIQUE QU’EST CE QUE C’EST ?

Le climat
Le climat correspond à l’ensemble des phénomènes météorologiques qui caractérisent l’état de l’atmosphère (température, humidité, vent, pression, etc.) sur des périodes de temps très longues (décennies à millénaires), à l’inverse de la météo qui elle concerne des périodes de temps très courtes (jours à mois).

Le dérèglement climatique
Le dérèglement climatique correspond à la variation de l’état du climat observée sur plusieurs décennies à travers notamment des augmentations conséquentes des températures moyennes de la surface de la Terre, mais également un réchauffement des océans et de leur niveau, ainsi qu’une réduction de l’eau à l’état solide (cryosphère).

Les causes
Les causes de ce dérèglement sont liées à un phénomène, de prime abord naturel, l’effet de serre. L’effet de serre est un phénomène qui permet de conserver une partie de l’énergie solaire sous l’atmosphère afin d’obtenir une température terrestre permettant la vie sur Terre.

L’atmosphère est en partie composée de gaz à effet de serre (0.04%), comme le CO2 (dioxyde de carbone) et le méthane notamment. Ces gaz sont ceux qui permettent de capturer une partie de l’énergie solaire émie vers la Terre afin de permettre d’obtenir une température terrestre moyenne de 15°C, tandis que l’autre partie de l’énergie est renvoyée vers l’espace.

Le développement de l’activité humaine est fortement émetteur de gaz à effet de serre (GES). En effet, depuis la première révolution industrielle de 1880, le développement exponentiel de l’industrie, des transports, mais également de l’agriculture, a créé une augmentation sans précédent des gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

C’est cette augmentation de la concentration de GES dans l’atmosphère qui fait qu’une plus grande partie de l’énergie solaire reste capturée sous l’atmosphère, plutôt que d’être renvoyée vers l’espace, et réchauffe de plus en plus la température moyenne de notre planète, et dérègle l’état des phénomènes climatiques.

Les effets
Le dérèglement climatique ce n’est pas que le réchauffement de la terre, des océans et la fonte de la cryosphère, c’est aussi des effets sur la qualité des ressources en eau (acidité des océans), la pluviométrie,  et une augmentation de la fréquence et de l’envergure d’évènements climatiques extrêmes comme les cyclones, inondations, sécheresses.

Les impacts
Les impacts de ses aléas climatiques sur les activités humaines sont nombreux : baisse  des rendements agricoles, insécurité alimentaire, raréfaction des ressources en eau, notamment potable, avec des conséquences sur la santé publique, l’alimentation énergétique (barrages) et la production agricole. Ces aléas entraînent également des conséquences sur la durabilité et la viabilité des infrastructures.

paysage-gabon
champs
plantation

LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES EN AFRIQUE

L’Afrique se trouve dans une situation paradoxale.  Ce continent ne représente que 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, cependant il est le plus touché par les impacts des changements climatiques. C’est également le continent qui a le moins de moyens pour faire face aux effets des changements climatiques, d’où sa grande vulnérabilité.

Les effets du dérèglement climatique ont déjà pu être constatés : augmentation des températures, sécheresses prolongées, inondations etc. Ces manifestations ne sont que des exemples isolés. L’Afrique subit également les impacts des changements climatiques au niveau des sphères économique et sociale. Les conséquences des changements climatiques sont dévastatrices et menacent de plonger des millions de personnes dans l’extrême pauvreté d’ici 2030, à cause notamment des rendements agricoles plus faibles, de prix alimentaires plus élevés et des effets négatifs de ce changement sur la santé. Une augmentation de 1,5 à 2°C de la température d’ici 2030 conduirait, selon la Banque Mondiale, à une réduction de 40 % à 80 % de la surface arable où sont cultivés maïs, sorgho et millet. Dans les années à venir, l’eau nécessaire à l’agriculture se fera de plus en plus rare. Pour la Banque mondiale, la disponibilité totale des eaux issues des précipitations et des rivières diminuera très probablement de plus de 10% dans toute l’Afrique d’ici à 2020. Or 95% de la culture africaine est pluviale.