Les enjeux humains

Dans la lutte contre les changements climatiques, l’Humain détient une place centrale, il est à la fois la cause et la solution. La prise de conscience collective de nos sociétés détermine nos choix de développement. Pour faciliter cette prise de conscience, il apparait primordial de sensibiliser et éduquer toutes les couches de la population et notamment les plus jeunes, qui constitueront les générations actives et dirigeantes à venir.

Tout  changement de mentalité au sein de nos sociétés s’effectue sur des décennies,  or l’urgence climatique se fait déjà ressentir. De nombreux pays africains sont déjà confrontés à la menace que constitue la forte accélération de la dégradation des écosystèmes, la forte croissance urbaine, l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des inondations et autres catastrophes, mais n’ont pas les moyens de s’adapter aux changements climatiques ou d’enclencher des stratégies de développement énergétique sobres en carbone.

Pour aller de l’avant sur la voie du développement durable,  et atteindre les objectifs nationaux de lutte contre les changements climatiques, la formation et le renforcement des capacités sont indispensables afin d’acquérir les savoirs nécessaires pour, individuellement et collectivement, prévenir ou s’adapter aux changements climatiques.

9enfants
groupe_ecole
2femmeschamps

Il y a d’autant plus urgence à sensibiliser les citoyens des pays les moins avancés aux changements climatiques que se sont eux  les plus affectés par ces derniers. En effet, les impacts de ces changements climatiques tendent à creuser les inégalités. Ainsi, les peuples marginalisés au niveau social, économique, culturel et politique se trouvent d’autant plus mis à l’écart lorsqu’ils subissent les effets des changements climatiques.

Les impacts du dérèglement climatique ne font qu’accentuer des conditions déjà inégales et des facteurs de pauvreté, comme l’accès à l’eau, à l’alimentation, la sécurité de l’habitat, ou la sécurité des revenus notamment agricoles. Les changements climatiques contribuent à intensifier l’insécurité alimentaire, à entraver la réduction de la pauvreté et à étendre les trappes à pauvreté.

A cet égard, les femmes, qui constituent un groupe très vulnérable, nécessitent de bénéficier de stratégies différenciées. En effet, les femmes, à travers leurs rôles dans les ménages mais également dans leurs occupations, qu’elles soient professionnelles ou vivrières, sont des catalyseurs importants de bonnes pratiques : elles gèrent souvent l’énergie du ménage, la sécurité alimentaire, l’éducation et détiennent des occupations agricoles vivrières. Le projet veille ainsi à toujours encourager l’inclusion des femmes à la fois dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques, mais également comme bénéficiaires direct de ces politiques.