Les enjeux politiques

Les changements climatiques sont un problème indéniable, d’envergure mondiale, qui n’épargne aucun pays.  Ils appellent de ce fait à une réaction collective et unie pour y faire face. Ce constat a propulsé cette problématique comme un sujet majeur de politique internationale, nécessitant la mise en place d’un processus multilatéral. C’est dans ce contexte qu’a été adoptée la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) lors du Sommet de la Terre à Rio en 1992.

La 21ème Conférence des Parties de cette convention cadre (COP21), qui s’est tenue à Paris en décembre 2015, a vu naître le premier accord universel sur la lutte contre les changements climatiques : 195 pays se sont engagés à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à améliorer l’adaptation de manière à maintenir l’augmentation de la température mondiale en dessous de 2° C. Malheureusement, la récente annonce de la part du président des Etats-Unis d’Amérique, Donald Trump, concernant un retrait des Etats-Unis de l’Accord, vient nuancer le caractère universel de cet Accord jusqu’alors sans précédent.

 Le dérèglement climatique, qu’est-ce que c’est ? 

Pour atteindre les engagements que les états se sont fixés en matière de climat, il est nécessaire que ces derniers mettent en place des cadres législatifs et institutionnels permettant la définition et la mise en œuvre de politiques publiques d’adaptation et de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Il est par ailleurs nécessaire que la prise de conscience et la volonté d’agir se fasse à tous les niveaux, c’est pourquoi les outils de politiques publiques utilisés se doivent d’être participatifs et inclusifs, afin de favoriser une étroite collaboration entre les gouvernements nationaux, les collectivités locales, la société civile, le secteur privé et les milieux scientifiques.

4femmes
femme-massai
ageos

Les collectivités territoriales, en particulier, ont un rôle majeur à jouer dans l’atteinte des objectifs nationaux. Contributeurs à hauteur de 80% des émissions mondiales de CO2 et 75% de la consommation mondiale d’énergie, les villes sont des acteurs incontournables des efforts à fournir, avec lesquels les états devront indéniablement conjugués pour atteindre les objectifs qu’ils se sont fixés lors de la COP 21.

Africa4Climate, en tant que projet de renforcement des capacités, met tout en oeuvre pour appuyer les 4 pays partenaires à développer leurs compétences et leur gouvernance dans l’élaboration et l’opérationnalisation des politiques publiques climat. L’objectif est de permettre aux différentes autorités, qu’elles soient nationales ou locales, de participer à l’effort nécessaire pour respecter les engagements étatiques et globaux. Le projet veille par ailleurs à toujours encourager des processus participatifs sur l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques et à y intégrer des dimensions inclusives afin que toutes les parties de la population, et notamment les plus vulnérables, dont les femmes font parties, bénéficient de ces politiques.

Par ailleurs, la solidarité entre les pays est un enjeu essentiel pour lutter efficacement contre les changements climatiques et trouver des éléments de réponse adaptés aux conséquences prévisibles de ces changements, notamment dans les pays les plus défavorisés qui sont aussi les plus vulnérables. Les pays africains sont déterminés à mettre en œuvre l’Accord de Paris, mais ils manquent parfois de capacités techniques et financières pour réussir à mettre en œuvre leurs ambitions. C’est pourquoi, il est nécessaire que la coalition internationale, et notamment les états développés, principaux émetteurs et principales richesses financières, participent activement au renforcement des capacités des pays les plus vulnérables, afin de les appuyer à développer les outils dont ils ont besoin pour s’adapter et enclencher des trajectoires de développement sobres en carbone.